Entretien avec Rebecka Tollens, artiste et illustratrice // LISAA Alumni

Rebecka Tollens a effectué sa prépa en 2011 dans l’école de Design graphique de LISAA Paris. Elle expose à partir du 30 janvier à la galerie Arts Factory dans le 11e arrondissement de Paris. Retour sur le parcours de cette jeune artiste franco-suédoise.

lisaa-paris-prepa-rebecka-tollens-alumni-4

LISAA : Qu’as-tu fait après ta prépa à LISAA ?

Rebecka : Après ma prépa à LISAA j'ai commencé l'École de Condé dans la section illustration / arts plastiques. Pas vraiment à l’aise avec le formatage souvent imposé par les premières années du cursus, j'ai très vite développé mes propres projets.

Comment as-tu commencé à dessiner ?

À la recherche d'une façon d'exprimer mes opinions sur les droits de l'homme, j'ai commencé le dessin et abandonné l’idée des études de droit international. Les expressions artistiques sont pour moi plus marquantes que la morale.

Ils [...] m'ont encouragée à mettre de côté les contraintes liées à l’illustration pour évoluer vers un dessin plus personnel.

Rebecka Tollens, prépa arts appliquées à LISAA, illustratrice

Au cours de mes études d'art en France, j'ai commencé à collaborer et à travailler avec la galerie française Arts Factory à la faveur d’un stage en 2013. C'est là que j'ai rencontré Effi Mild et Laurent Zorzin, les fondateurs de la galerie – un espace d'art dédié à l'exposition de la scène graphique underground. Ils ont repéré les bases de mon univers au détour de mes carnets de recherches et m’ont encouragée à mettre de côté les contraintes liées à l’illustration pour évoluer vers un dessin plus personnel.

Quel est ton parcours en tant qu’artiste ?

En mars 2015, pendant ma dernière année de master, j'ai exposé pour la première fois en galerie. Aujourd'hui je travaille en tant qu'assistante de la galerie depuis presque 4 ans.

Un des concepts de base de mon travail est de ne pas divulguer certains fragments, que le spectateur ne découvre que s’il reste vigilant : des détails qui peuvent changer la composition entière et / ou le concept des dessins. Je veux que mon travail soit un univers indéfini, une ouverture à la discussion.

Je souhaiterais [...] partager avec d'autres artistes pour me nourrir. J'ai besoin de mouvement perpétuel.

Rebecka Tollens

Mon travail d’artiste est passé de "brut" à "formaté". Je souhaiterais maintenant revenir au brut, me concentrer sur ma créativité et partager avec d'autres artistes pour me nourrir. La créativité est comme une force supérieure qui peut disparaître aussi rapidement qu'elle est apparue ! J’ai besoin de mouvement perpétuel.

Les voyages font partie de ce mouvement. Après avoir arrêté mon master en 2015, je suis partie en Suède faire un stage dans la galerie Steinsland Berliner de Stockholm pour assister à l'exposition de Ragnar Persson, avec qui j'avais exposé à Arts Factory. Ensuite, je suis partie 3 mois à Medellín en Colombie, en tant que professeur d'art plastique dans la merveilleuse école et organisation COMBOS, créée par des femmes extraordinaires ! Puis je suis revenue fin décembre à Arts Factory.

Quels sont tes thèmes de prédilection ?

Je veux faire prendre conscience des obligations de liberté et d'expression en tant que femme, en tant qu'être humain, et faire disparaître tout ce qui s'impose à moi pour encourager mon entourage à retrouver cette même liberté. Mon processus créatif passe par mon subconscient, c’est mon catalyseur de l'information.

Peux-tu nous dire quelques mots de l’exposition à venir ?

J'aurai l'honneur d’y participer aux côtés des artistes formidables Marie Pierre Brunel et Wataru Kasahara. J’y livre un regard sans concession sur mon éducation, l'apprentissage du désir féminin, les rapports amoureux. Les séries de dessins dévoilées dans le cadre de l'exposition DAYDREAM évoquent entre autres mes nouvelles expériences vécues lors de mes voyages au Japon et en Colombie. J'explore également des territoires plus intimes, ou je donne les clés de mes rêves. Je note mes rêves depuis plus d'un an maintenant, ce qui a beaucoup clarifié mon processus et mon subconscient. À l’heure actuelle, j'ai plus de 100 rêves, que j'ai en partie commencé à utiliser dans mes dessins pour mes expositions à Paris et à Berlin (le 3 mars à la galerie Retramp, Neukölln).

Informations pratiques
DAYDREAM / DARKNESS / DISGRACE
Une exposition de Rebecka Tollens, Marie Pierre Brunel & Wataru Kasahara
Vernissage le lundi 30 janvier de 17h à 21h
Exposition du 31 janvier au 25 février 2017
Galerie Arts Factory
27 rue de Charonne, 75011 Paris

lisaa-paris-prepa-rebecka-tollens-alumni-1 lisaa-paris-prepa-rebecka-tollens-alumni-2 lisaa-paris-prepa-rebecka-tollens-alumni-3 lisaa-paris-prepa-rebecka-tollens-alumni-4 lisaa-paris-prepa-rebecka-tollens-alumni-5 lisaa-paris-prepa-rebecka-tollens-alumni-6

Sessions d'amission post-bac
à LISAA Paris & Strasbourg

en juin & juillet

Je m'inscris !